Durant deux ans (2012-2014), Anaïs a été en charge du projet Afriphoto au sein d’Africultures. Elle collabore depuis  à la rubrique éditoriale photo d’Africultures/Afriscope.

Retrouvez ici les extraits des articles qu’elle a signé. Pour lire la suite, rendez-vous sur africultures.com.

retour

L’insaisissable Joburg vue par ses artistes

Conçu par les commissaires Paula Aisemberg et Antoine de Galbert, respectivement directrice et président de la maison rouge, My Joburg est le 2e opus d’une série d’expositions mettant en avant « des scènes artistiques mal connues et particulièrement originales ». Après Winnipeg au Canada, cette nouvelle proposition présente les œuvres d’une cinquantaine d’artistes originaires de cette mégapole bouillonnante d’Afrique du Sud. Une manifestation placée sous le label de la saison sud-africaine en France.

02/09/2014 Ponte city, archive et mémoire d’un lieu

Projet ancré dans l’architecture, Ponte city cristallise l’histoire de Johannesbourg et de l’Afrique du sud. Deux photographes, le Sud africain Mikhael Subotzky et l’Anglais Patrick Waterhouse, ont entrepris durant cinq ans de construire une archive de cette tour et d’apporter un regard documentaire et subjectif sur ce lieu. Résultat ? Après l’exposition présentée au Bal (1) au printemps dernier, un livre, Ponte city a été publié aux éditions Steidl.

entretien d’Anaïs Pachabézian avec Fatoumata Diabaté, photographe

L »Alliance française d’Accra a accueilli du 18 au 21 février 2013 une résidence photographique pour treize photographes amateurs (1) venues du Ghana, du Nigeria, de l’Ouganda et des États-Unis (2). Organisée en partenariat avec l’African Women’s Development Fund (AWDF) et dans le cadre de la Journée internationale de la Femme, l’objectif de cet atelier était de professionnaliser les pratiques de ces photographes. Cette résidence a été animée par la photographe malienne Fatoumata Diabaté, lauréate du Prix Afrique en création en 2005 et du prix de la Fondation Blachère en 2011 [ici].
Retour sur cette résidence avec Fatoumata Diabaté avec la collaboration de Sandra Parthonnaud de l’Alliance française d’Accra.

Entretien d’Anaïs Pachabézian avec John Fleetwood, son directeur

John Fleetwood est le directeur du Market Photo Workshop, une école de photo unique en Afrique du Sud. Cette année, il a nominé quatre artistes (Sammy Baloji, Zanele Muholi et les frères Hasan et Husein Essop) dans le cadre du Prix Découverte aux Rencontres d‘Arles 2012.

Le Soudan en images, regards croisés

Deux expositions photographiques, à Paris, nous invitent à découvrir le Soudan, autrement qu’à travers les images du Darfour dont nous ont, un temps, abreuvé les chaînes de télévision.

En 1998, le photographe Claude Iverné part sur les traces d’une piste transsaharienne empruntée par les caravanes, qui traverse le territoire soudanais. Jusqu’en 2011, il multiplie les séjours pour s’imprégner du pays, de ces habitants et de ces paysages. Il documente ce territoire complexe aujourd’hui divisé en deux Etats distincts en utilisant la photographie bien sûr mais également le son et la vidéo.

Un destin rwandais de Christophe Calais et Nathan Réra

Troisième livre de photographies de Christophe Calais consacré au Rwanda, Un Destin rwandais sort le 14 mars en France aux éditions neus. Il retrace le destin d’un enfant rwandais de 1994 à aujourd’hui. Rencontre.

La photographie au sud de l’Afrique

Depuis plusieurs mois, la saison sud-africaine a permis de voir émerger en France une multitude d’événements mettant à l’honneur des artistes sud-africains (lire l’article Arles in Black et My Joburg). C’est encore le cas cet automne. Naviguons entre plusieurs expositions : La biennale Photoquai présente, entre autres, le travail d’un photographe sud-africain Thabiso Sekgala déjà remarqué lors des Rencontres d’Arles 2013 dans l’exposition collective Transition. Guy Tillim expose sa série Second Nature au centre Photographique d’Île de France de Pontault-Combault et la Fondation Gulbenkian présente une exposition collective remarquable Present Tense de photographes au sud de l’Afrique.

Entretien d’Anaïs Pachabézian avec Héla Ammar

Photographe tunisienne engagée, féministe convaincue, Héla Ammar nous parle ici de son travail intitulé Counfa (1) qu‘elle a mené en visitant des prisons tunisiennes juste après la chute de Ben Ali. Cette série de photographies qui a été présentée sous forme d’installation lors du dernier festival Dream City à Tunis en septembre 2012, nous fait rentrer, par une approche à la fois forte et sensible, dans l’univers de la détention carcérale.

Les Rencontres d’Arles 2012 : Une fenêtre ouverte sur la création photographique en Afrique

Les Rencontres d’Arles 2012 ont débuté le 2 juillet proposant aux visiteurs, comme chaque année une soixantaine d’expositions dont une bonne partie fait honneur aux anciens élèves de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles qui fête ses trente ans. Le Market Photo Workshop de Johannesburg est mis en avant dans l’exposition dédiée au Prix Découverte. Une autre exposition, celle-ci dans le Off, présente le travail d’un jeune photographe prometteur Omar Victor Diop. La semaine professionnelle aura été également ponctuée de plusieurs événements mettant en valeur la photographie issue du continent africain.

Paname dans l’objectif de Paps Touré

Pas si simple est le premier livre de Paps Touré. Une compilation d’images prises au gré de ses ballades. Son terrain de prédilection, c‘est la rue. Se déplaçant le plus souvent à vélo et toujours avec un appareil photo autour du cou, Paps Touré photographie tout ce qui le touche. Il saisit ainsi les sans-domiciles-fixes, les passants, les amoureux ou les chiens.

Parler librement, sans jugement

Emilienne Mukansoro est psychothérapeute à Muhanga (Rwanda). Elle travaille auprès de plusieurs groupes de femmes rescapées du génocide de 1994. Tout en pudeur, elle s’est confiée à Afriscope.

(le projet Rwanda des photos pour le dire a été mené avec Emilienne)

« Un destin rwandais n’est pas un point final sur le Rwanda, mais le lieu d’un perpétuel retour. » Entretien croisé de Christophe Calais et Nathan Réra

Tandis que le Rwanda s’apprête à commémorer les 20 ans du génocide des Tutsis, la maison d’édition Neus publie Un destin rwandais. Le photographe Christophe Calais y chronique le quotidien d’un enfant rwandais, de 1994 à nos jours. Son destin singulier est lié à l’histoire du Rwanda. Aux clichés, s’ajoutent des textes signés Nathan Réra qui explore le travail du photographe depuis 2009. À l’occasion de la sortie du livre le 14 mars en France, ils répondent ensemble aux questions d’Africultures.

Arles en noir et blanc

La thématique de cette nouvelle édition des Rencontres d’Arles (1) 2013 annonce la couleur : ce sera la photographie en noir et blanc. Selon François Hébel, le directeur de cette 44e édition, « le noir disparaît presque totalement après 2000, la couleur installant sa suprématie ». Cinquante expositions interrogent cette thématique jusqu’au 22 septembre. Africultures vous propose une balade subjective à travers ces Rencontres en noir et blanc, mais pas uniquement.

Hate Radio, la radio de la haine 

La pièce Hate Radio du dramaturge et metteur en scène suisse-allemand Milo Rau était présentée pour la première fois en France à La Villette (Paris, 19e) du 4 au 15 décembre 2012. Elle nous plonge au cœur du génocide rwandais en 1994. En reconstituant une émission de la radio des Mille collines, le spectateur en devient un auditeur, en direct. Glaçant, le spectacle nous amène à réfléchir sur le pouvoir des mots. Des mots qui tuent. Des mots qui ont permis de propager le discours de la haine.

Les Rencontres d’Arles 2012 : L’Afrique en lice pour le Prix Découverte

Les Rencontres photographiques d’Arles fêtent, du 2 juillet au 23 septembre 2012, les 30 ans de l’École nationale supérieure de la photographie (ENSP). À cette occasion, ce sont les directeurs de grandes écoles de la photographie dans le monde qui ont nominé les lauréats du Prix Découverte. En lice, quatre photographes africains : Sammy Baloji, Hasan et Husain Essop, Zanele Muholi.